Rondel sur ses mains

Oh ! baiser ses petites mains,
Ses mains douces, pâles et fines
D'un nid délicat de malines
Sortant un peu leurs poignets fins.
En d'exquis et frêles dessins
Courent leurs veines azurines.
Oh! baiser ses petites mains,
Ses mains douces, pâles et fines.
Elles damneraient bien des Saints,
Et même bien des mysogines,
Avec leurs mollesses câlines.
Pour moi, j'en suis fou, je le crains,
Oh ! baiser ses petites mains.

Jules Laforgue (1860-1887)

Publié par Damien Fontvieille

Issu d’une formation en art appliqué à l’ébénisterie, complétée par un apprentissage en facture d’orgues où j'ai acquis un savoir faire technique en restauration et en construction d’instrument. Fort de cette expérience je m’oriente vers une formation de maquettiste-infographiste pour m’ouvrir par la suite vers le design global.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :